La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

 

CONSOMAS

Fort et Universel, le besoin de se nourrir est commun à tous les êtres vivants. Dans les villes urbanisées, la consommation de masse domine et organise nos vies. Entre hyper consommation et gaspillage, l’équité mondiale des productions alimentaires est loin d’être acquise. Le projet Consomas évoque la principale source de dépenses des ménages. Loin d’être tous égaux face au choix de notre alimentation, le frigo et le caddie plein sont aux yeux du monde, des images idéalisées d'une classe sociale aisée. Logement, électricité et pouvoir d’achat intègrent alors la composition de manière claire. Dégueullant sur le trottoir, ces objets remplis, se démarquent par leurs couleurs vives et attractives reprises au marketing commercial. Comme un panier garni moderne, pesticides, OGM et Junk Food …

De septembre à octobre 2011

9 interventions urbaines

Paris / Île de France

Du 15 septembre au 15 octobre 2011, partir à la recherche de caddies et réfrigérateurs abandonnés dans les rues. Tourner régulièrement dans la région Ile de France pour traquer un maximum des objets convoités pour la période instaurée. Avoir le matos sur soit pour pouvoir intervenir à tout moment. Pistolet colle, emballages vides, bombes de peinture, logos et étiquettes permettent de créer la composition extérieure. Trouver sur le trottoir, l'objet est utilisé directement sur son lieu de découverte. Commencer à le remplir d'emballages en prenant soin de les coller les uns aux autres pour pouvoir créer une accumulation. Au fur et à mesure du séchage, emplir l'objet jusqu'à son débordement exagéré.

Une fois l'objet remplit d'emballages, le recouvrir uniformément de peinture. En fort contraste avec l'arrière plan bétonné, choisir des couleurs vives qui attirent l'œil, comme une tache dans le paysage. Avec un fort pouvoir couvrant et un séchage rapide, la bombe aérosol offre un rendu propre et net, sans coulure, ni bavure. Utiliser une bâche pour protéger le sol des projections poussiéreuses de couleurs.

En un mois, neuf interventions furent validées dans différentes villes de la région Parisienne. Abandonnées sur place après création, les sculptures sont destinées à disparaitre dans le rythme des villes investies. Photographies et vidéos permettent de découvrir le projet après sa réalisation extérieure. L'exposition se dévoile alors comme un moyen de transmission du processus créatif global grâce à la retranscription.

+ A PROPOS DU MÊME PROJET +

Share for support